2 décembre 2016

Hollande crépusculaire

La mise en scène du renoncement de François Hollande à une candidature pour un second mandat, avait quelque chose de crépusculaire : éclairage insuffisant, tenue funéraire, tonalité défaite. J'ai pensé immédiatement aux adieux de VGE en 1981 dans son décor gris sombre et son discours " Vous ne me méritez pas. Au revoir !" accompagné d'un long trajet en silence du bureau vers la porte du fond. Il y a comme ça des moments de télé que l'on oublie pas. Si l'on a oublié les paroles, on se souvient très bien de la musique. Celle de François Hollande était de l'ordre du Requiem ...
Juste avant son allocution, j'avais parié sur le renoncement . Bonne pioche, mais sans mérite : une chance sur deux au départ + beaucoup d'arguments politiques et un contexte sans issue conduisant à cette solution. En laissant les évènements décider pour lui, le risque était là. Il lui faut assumer.

Libellés : , ,

28 novembre 2016

Fillon, et le programme commun

François Fillon a gagné haut la main, la primaire de la droite et du centre. Personne, même pas lui-même, n'imaginait un écart aussi spectaculaire au second tour. Personne n'avait imaginé que Alain Juppé s'effondrerait aussi rapidement après  que l'hypothèse Sarkozy ait été écartée. Comme si le film s'était accéléré dans les deux dernières semaines, pour faire apparaître un scénario voulu par plus de deux millions d'électeurs.
François Fillon a gagné parce qu'il a fait campagne depuis longtemps dans l'ombre et en dessous des radars des médias. Il a établi un programme détaillé, solide, culotté, qui est d'abord apparu pour ses électeurs, comme un programme bien marqué à droite. Ce n'est pas une nouveauté que pour gagner une élection interne, il faut à droite comme à gauche, un programme et - au moins - un discours, qui soit fortement marqué du côté de son "identité" politique. Fillon a été clair là-dessus, Juppé a fait le contraire, à son détriment.
Ce programme est aujourd'hui fortement critiqué et jugé irréaliste. Il mettrait la France quasiment en guerre civile. Sans me prononcer sur le fond, je ne peux m'empêcher de penser au programme commun de la gauche, fruit d'un accord entre le parti socialiste et le parti communiste, avant 1981, qui était un véritable épouvantail pour tous les milieux économiques. C'était explicitement le temps de"  la rupture avec le capitalisme" . Cela n'a pas empêché François Mitterrand de gagner en 1981, la gauche toute entière s'étant mobilisée sans défaillance. La stratégie de conquête du pouvoir s'est avérée payante. Des ajustements - notamment en 1983 - ont été nécessaires...On peut penser que François Fillon ne fera pas du "copié, collé" avec son programme.
Malgré sa longue carrière politique, François Fillon est apparu comme un homme neuf dans une élection où trop de candidats étaient marqués. Sarkozy trop revanchard, Juppé trop dilettante, Lemaire trop tranparent, NKM trop parisienne...On a l'impression qu'après des choix négatifs, beaucoup d'électeurs se sont dit comme l'inspecteur Bourrel " Fillon ? Bon sang ! mais c'est bien sûr !"Sa candidature leur est apparue comme une évidence.

Libellés : , , , , , ,

22 novembre 2016

Fillon élu au 1er tour ...




A propos de primaires de la droite et du centre - auxquelles je n’ai pas participé - plusieurs constats :
1 – Selon les sondages de sortie des urnes, 15% des participants à la primaire seraient des électeurs de gauche, soit 600 000 électeurs, qui avaient comme principale préoccupation d’éliminer Sarkozy – ce qui a été fait – en votant essentiellement pour Juppé. Si ces électeurs «  intrus » avaient fait défaut, il est vraisemblable, qu’avec 3 400 000 votants en tout au lieu de 4 000 000 mais en gardant ses électeurs fidèles,  Fillon aurait dépassé les 50% de votants et aurait été élu au premier tour…
2 – Les sondages ne se sont pas totalement plantés dans la mesure où ils ont relevé le fort retour de Fillon dans la dernière phase de la campagne. Mais, au mieux, c’était simplement pour le mettre dans le trio de tête au même niveau que Juppé et Sarkozy, sans voir l’accélération qui se dessinait.
3 – Les grands médias avaient depuis des mois installé le duel Juppé Sarkozy au centre de l’actualité, avec Juppé futur président. Ce dernier a été en permanence félicité pour son attitude «  présidentielle » distanciée, notamment dans les débats télé entre les candidats. Ils l’ont plombé. Peu à l’écoute des électeurs concernés, ils n’ont rien perçu des réflexes anti-Sarkozy dans la droite, du fort désir d’alternance de ces mêmes électeurs, et d’un ancrage sociétal peu sensible à la petite musique «  moderniste » de ses éditorialistes.
4 – Fillon a beaucoup marqué par ses prestations télévisées particulièrement bien préparées. Il a notamment séduit son électorat dans le dernier débat en refusant à Pujadas de faire le buzz  pour l’audience par des polémiques avec les autres candidats. Le recadrage par Fillon mettant en avant le sérieux et l’importance du débat en cours, lui a certainement fait gagner des voix.Comme il l'avait fait dans une autre émission face à la jeune humoriste belge Charline Vanhoenacker.
5 – Au-delà des programmes des deux challengers qui vont être au centre de la campagne cette semaine, je pense que les électeurs de droite comme demain ceux de gauche, sont et seront à la recherche d’une personnalité identifiable d’emblée comme un « vrai président » solide, équilibré, réformateur, sachant décidé, ayant confiance dans le pays et inspirant confiance. C’est bien à ce niveau que le quinquennat Sarkozy et celui de Hollande n’ont pas convaincu et ont déçu. Tant il est vrai comme le dit le proverbe africain «  Plus le singe monte haut, plus il montre son cul ». La compétition reste ouverte !

Libellés : , , , , ,

19 novembre 2016

Maurice SZAFRAN La presse n’invente rien, elle a un rôle amplificateur



Conférence débat OMUP le 4 novembre 2016 - Le journaliste est-il par définition engagé ? 





Pour Maurice Szafran l’engagement est d’abord la ligne éditoriale qui peut être une ligne de neutralité. Tous les médias sont donc engagés. C’est particulièrement vrai en France où le modèle est très politique pour des raisons historiques. En résulte-t-il ou non, une influence sur le traitement de l’information ? La réponse est à nuancer, si l’on distingue l’information proprement dite, du commentaire. Le titre retenu, l’annonce, sont souvent significatif de l’orientation donnée par le média. Pour une bonne information, il faut du temps des moyens et de l’argent. Les réseaux sociaux ignorent le temps, les médias réduisent ou manquent d’argent et de moyens humains.
Les médias ont-ils un rôle déterminant dans la formation de l’opinion, comme l’idée est répandue dans une vision complotiste des grands supports radio-télé ?
Maurice Szafran n’adhère pas à cette vision  complotiste : globalement « la presse n’invente rien , elle a un rôle amplificateur » qui peut être jugé excessif (lynchage médiatique). Il ne conteste pas les phases de « bashing » menées notamment dans les affaires judiciaires. Mais relativise leur portée en rappelant la diffusion en kiosque des journaux ou magazines nationaux: Le Point 60 000 exemplaires, Libération 15 000 exemplaires…Il souligne également que le panurgisme, le fait de dire la même chose, est un défaut récurrent de la presse qui n’est pas sans lien avec la concentration des médias aux mains de quelques responsables de grands groupes : Patrick Drahi, Xavier Niel, Bernard Arnault, François Pinault…
« La pensée unique » est la conséquence de cette concentration et du panurgisme des grands médias «  même si Le Point reste surprenant ». L’impact sur l’opinion n’est ni automatique, ni unilatéral. Un exemple évident : le rejet par référendum du traité européen en 2005 à une nette majorité alors que les éditorialistes et grands médias audio visuels quasi unanimes, appelaient à la  ratification. Une illustration supplémentaire est venue de Grande-Bretagne avec le Brexit que la presse ne voulait pas voir (on peut ajouter l’élection du président américain intervenue depuis, et que 95 % de la presse n’avait pas pronostiquée). La place prise par les réseaux sociaux est évidente, pour contrecarrer la pensée unique.
Maurice Szafran constate que la pensée unique évolue de la gauche vers la droite. C’est la droite qui est dominante aujourd’hui. Dans le constat des effets du panurgisme et de l’imitation, il relève les exceptions françaises : Le Canard Enchaîné, centenaire immuable, différent,  et riche ( 120 millions de réserves), Médiapart exemple de pure player qui a trouvé  public et financement, et aussi des journaux ou hebdos qui ont trouvé un chemin et une cohérence ( La Croix, Télérama). Il note également la qualité de la presse hebdomadaire française, jugé «  La meilleure du monde ».

Libellés : , , , ,

18 novembre 2016

Bonnes nouvelles du jour

16 novembre 2016

Fiscalité française - revue de presse

Paru le 15 novembre dans le courrier de La Croix ( papier et site)


Libellés : , ,

14 novembre 2016

Automne à Maulévrier

Parc oriental de Maulévrier près de Cholet, un dimanche d'automne : formidable mise en scène de la nature










Couleurs flamboyantes

Harmonie et sérénité

Hommage aux jardiniers



Libellés : ,

9 novembre 2016

Les médias tombent de l'armoire...

Nouveau coup de tonnerre dans le monde médiatique : aussi bien aux Etats-Unis qu'en France, aucun des grands journaux, des grands médias, n'avait anticipé la victoire, somme toute assez large de Donald Trump. Hier soir encore, sur toutes les antennes, malgré le faible écart donné par les sondages ( 3-4 points) aucun commentateur ne donnait le candidat républicain, vainqueur. J'ai ainsi entendu que c'était du 95 % pour Hillary Clinton et du 5% pour Donald Trump...
Dans cette élection, les journalistes et commentateurs avaient depuis longtemps fait leur choix. En l'occurrence un choix moral : Trump était vraiment infréquentable, à l'opposé de toutes les valeurs du politiquement correct. Il était facile de trouver chez lui la petite phrase qui faisait mouche. Comme disait Fouquier-Tinville  accusateur du tribunal révolutionnaire sous la Terreur " Donnez-moi une petite phrase de n'importe qui, et je l'envoie à la guillotine !". Les médias se sont donc intéressés en priorité, aux petites phrases choquantes de Trump - et elles ont été nombreuses - sans vraiment analyser les raisons de la progression constante de cet OVNI politique qui aurait du être davantage au centre de leurs travail journalistique. Les lunettes moralisatrices ont déformé la réalité qui émergeait. L'engagement, "l'esprit de conviction" l'a constamment emporté sur "l'esprit de responsabilité " qui devrait inciter les journalistes à sortir des à priori moraux pour voir la réalité telle qu'elle est, et à quitter aussi le panurgisme, autre travers constant, qui fait dire aux journalistes la même chose que leurs confrères.
Ce constat vient bien en écho de notre débat de vendredi dernier à l'Observatoire des médias avec Maurice Szafran sur le thème Le journaliste est-il par définition engagé ? J'y reviendrai, mais il avait souligné comment pensée unique et panurgisme avaient déjà conduit à de grandes fractures, entre la presse et l'opinion, en 2005 en France avec le rejet par référendum du traité européen et, il y a moins de 6 mois, le Brexit en Grande Bretagne, que personne dans le monde médiato-politique ne voulait voir venir.

OMUP 4/11/16 - Maurice SZAFRAN interrogé par Gérard Salouze et Jean-Claude Charrier

Libellés : , , , , ,

7 novembre 2016

Les gros salaires de France Télévision

Un récent rapport de la Cour des comptes s'intéresse aux plus gros salaires de France Télévision et au sur-encadrement de la télévision publique ( Rapport 2010-2015 cf. OJIM).
 


Dans ce rapport, les magistrats invitent ainsi la direction à se pencher sur « le contenu effectif des postes occupés par les salariés les mieux rémunérés de l’entreprise ». En effet, 547 salariés du groupe public perçoivent un salaire supérieur à 8 000 euros bruts par mois, dont 191 bénéficient d’une rémunération supérieure à 120 000 euros annuels bruts. Aussi, le coût total des rémunérations supérieures à 96 000 euros annuels bruts s’élève à 69,6 millions d’euros, peut-on lire. Sur le modèle de ce qu’a fait la BBC, la Cour des comptes recommande donc à France Télévisions de réaliser un audit similaire afin d’évacuer ces doutes et de répondre à ces interrogations.
Plus loin, les magistrats s’en prennent à la gestion effectuée par la direction des ressources humaines pendant ces six dernières années. Une gestion « focalisée sur la conclusion de l’accord collectif » en 2013 mais qui aurait, en parallèle, laissé passer des « pratiques contestables », comme le sur-encadrement. Au sein du groupe public, le nombre de journalistes affectés à des fonctions de coordination et d’encadrement est de 26 % en 2015 par rapport aux journalistes de terrain. Le tout sur un effectif qui comptait, en 2014, 10 131 salariés.
Une « disproportion est encore plus marquée au sein de la direction de l’information où ils atteignent 40 %, dont 149 rédacteurs en chef ou rédacteurs en chef adjoint », souligne le rapport. Il y a ainsi trois fois plus de cadres chez France Télévisions, détenu à 100 % par l’État français, que dans les autres entreprises de l’hexagone…

Libellés : , , ,

29 octobre 2016

Hommage à Jacques Sigot

Nous sommes heureux de l'hommage rendu ce jour à notre fidèle et infatigable Transbordé* angevin Jacques Sigot, qui a grandement oeuvré pour la reconnaissance du camp d'internement de Montreuil-Bellay en Maine et Loire où se rend ce matin le président de la République (cf.Ouest-France).
Bel hommage également ce matin sur RTL de Dominique Raimbourg député de L.A. qui suit particulièrement la question des nomades en France.
Sincères félicitations, Jacques.
( *Jacques  a notamment publié en 2012 une très belle plaquette Les ponts à transbordeur Nantes 1903-1958..2015 ? Editions de la Houdinière)

Libellés : , , ,

18 octobre 2016

NDDL et les journalistes

ZAD de Notre Dame des Landes  (NDDL) et les journalistes : le ton est donné, même si la position est discutée.
https://nantes.indymedia.org/articles/35927

Libellés : , ,

15 octobre 2016

Alexandre "le guérilleros vertavien"

Presse Océan de lundi dernier présente dans les défenseurs de la zad de NDDL, Alexandre Morisseau, militant écologiste vertavien bien connu. Octogénaire, catholique pratiquant, il n'a rien perdu de sa détermination et de sa radicalité : il tenait le dernier week end un stand préconisant le lancer de peinture - avec mode d'emploi - pour dissuader les forces de l'ordre d'évacuer les zadistes.

Alexandre était sur la liste d'union de la gauche que je conduisais à Vertou en 1983 (où figurait également Michel Gouty...). Il était socialiste et a été élu minoritaire avant de rejoindre le mouvement écologiste. Il présidait l'association pour "la libération des rives de la Sèvre" qui s'est illustrée, à l'époque, par l'ouverture à coups d'engins et de passerelles et de déplacements de clôtures, de la servitude de marchepied sur la rive gauche de la rivière à Vertou. Ce coup de force avait eu un retentissement national. A côté, la "libération des rives de l'Erdre" relève d' entretiens bien policés. Tout cela avait conduit "les meneurs" devant le tribunal correctionnel  où avec Jacques Floch et d'autres, nous étions intervenu comme témoins de moralité. Il y avait eu, si j'ai bonne mémoire, une peine de principe sans conséquences. Sans conséquences aussi sur le terrain, car la servitude créée manu militari n'a pas durée. les choses sont en l'état.
L'engagement d'Alexandre peut apparaître parfois sans limite. En 2003 face à l'invasion de l'Irak par G. Bush et les bombardements sur Bagdad, il est parti dans la capitale irakienne comme bouclier humain à l'appel d'une association pro-irakienne. L'affaire, qui ne s'est pas très bien passée, était suivie de près par Canal + et le journaliste Karl Zéro qui avait trouvé là un bon sujet. Je crois néanmoins,  face aux difficultés rencontrées, qu'il n'ont pas laissé tomber Alexandre.
J'imagine que dans la période "drôle de guerre" que connaît actuellement la ZAD, Alexandre qui reste mon ami malgré toutes nos divergences, doit être mobilisé en permanence. Prends garde à toi Alexandre !

Libellés : , , , , , ,

11 octobre 2016

"Ceci, c'est la France "

"Ceci c'est la France " dit le poète Louis Aragon en conclusion d'un très bel hommage - reproduit en partie ci-dessous -  au sculpteur David d'Angers et au général vendéen Bonchamps. En 1793, ce dernier agonisant à Saint Florent-le-Viel près de la Loire, avait crié à ses troupes " Grâce aux prisonniers !" avant de mourir à 34 ans. Parmi ces 5 000 prisonniers graciés se trouvait le père du sculpteur.
L'oeuvre située dans l'abbaye de St Florent qui surplombe la Loire est imposante, d'un superbe classicisme, et traduit très bien le lien de reconnaissance entre David d'Angers et son sujet " La grandeur de l'art et du sentiment mêlés"...


Extrait du discours lyrique et rassembleur de Louis Aragon prononcé en 1957 à Angers. Les trois dernières strophes. "Essayer de sentir, ici,..."


***

St Florent le Viel est un superbe site qui est aussi connu pour être la ville de Julien Gracq, cher aux Nantais, grand écrivain et poète du XXe siècle. C'est devenu un lieu littéraire et artistique.


Libellés : , , , , ,

4 octobre 2016

Les médias à la loupe

C'est le titre de Presse Océan ce matin, dans un papier court, mais où figure l'essentiel du programme 2016/2017 de l'Observatoire des médias de l'université permanente (OMUP), que j'anime avec une équipe d' auditeurs et anciens auditeurs de l'Atelier des médias. Depuis 2006, ce sont plus de 100 conférences débats qui ont été organisées au CCO avec des étudiants de l'UP qui sont fidèles à l'Observatoire ( plus de 200 abonnés chaque année).


Libellés : , , , ,

2 octobre 2016

Vie et mort des bêtes

Haïkus choses vues

Il passe entre les roues

Evite une autre voiture

Chanceux, l'écureuil

 

Le pigeon blessé

Se cache la tête pour mourir 

En silence



Libellés : , , ,

25 septembre 2016

Ouest-France, Presse-Océan, chiffres flottants

La manif de ce samedi pour le rattachement de la Loire Atlantique à la région Bretagne, donne lieu à des comptes rendus fluctuants dans nos journaux locaux.
Pour Presse Océan il y avait "entre 1000 (selon la police) et 4000 manifestants". Ouest France titre " Environ 3000 personnes ( 10 000 selon les organisateurs)". Où est la vérité ? Je note que Ouest-France prend ses responsabilités mais sans parler des chiffres de la police.
Autre divergence : PO met en 1ère page le départ de l'UDB qui a quitté la manifestation et parle de Breizhit" en raison de la présence de militants extrémistes proférant "des cris et des saluts nazis". Pour Ouest France, la page consacré à la manif, relève que l'UDB a dénoncé dans un communiqué, la présence de l'extrême droite et demandé aux organisateurs de veiller à se démarquer clairement de ces perturbateurs. Mais il n'est nulle part indiqué que l'UDB a quitté la manif pour cette raison.

Tout ça n'est pas catastrophique. Simplement de l'à peu près où le réel est difficile à cerner pour le lecteur.

Libellés : , , ,

19 septembre 2016

Promenade nantaise

Soutenir le commerce de centre ville...


Libellés : , , ,

13 septembre 2016

Musiciens ivoiriens disparus

La Côte d'Ivoire n'est pas une dictature, elle est plutôt en plein boum économique et social sous l'impulsion du président Alassanne Ouatara démocratiquement élu. C'est un pays que l'on qualifie d'exemplaire dans l'Afrique de l'Ouest.
L'Hebdo Sèvre et Maine qui rendait compte, fin août, du festival de danses et musiques du monde de Cugand en Vendée (près de Clisson), nous apprend que dans la nuit du samedi au dimanche, tous les musiciens de l'ensemble du Ballet National Ivoirien participant à ce festival - qui logeaient chez l'habitant - se sont "évanouis dans la nature" sans laisser d'adresse, abandonnant les collègues danseurs et leur prestation du dimanche.
Petite info à verser au dossier de l'immigration clandestine.

Libellés : , , ,

Taxe d'habitation, Nantes sur le podium des 40 villes, Paris paradis fiscal

L'Express Argent publie le palmarès des 40 plus grandes villes de France au regard de la Taxe d'Habitation (TH).
http://votreargent.lexpress.fr/impots/les-montants-de-la-taxe-d-habitation-dans-les-41-plus-grandes-villes-de-france_1830001.html?PMSRC_CAMPAIGN=20160913_37_edi_multi-va-fiscalite-montants-taxe-habitation-villes_57d7f0068b4467402d7b23c6&xtor=EPR-5016-[20160913_37_edi_multi_va_fiscalite_montants_taxe_habitation_villes_57d7f0068b4467402d7b23c6_001PIG]-20160913-[_0043ID1]-[RB2D106H0014WCPX]-20160913050200#PMID={[EMAIL_HASH]}&PMSRC_CAMPAIGN=20160913_37_edi_multi-va-fiscalite-montants-taxe-habitation-villes_57d7f0068b4467402d7b23c6
Nantes - et surtout la Métropole - déjà en flèche pour la taxe foncière, se distingue par la plus forte hausse de TH : 6,5 % par rapport à 2015, juste après St Paul de la Réunion (7,5%) et St Denis (6,7%), avec une cotisation de 1 193 € pour un couple, 2 enfants, ayant une valeur locative de 1,5 de la moyenne communale. En valeur absolue, Rennes ( 1281 €) est aussi dans les villes les plus chères.
L'écart va de 481 € pour Paris ( seule ville à moins de 500 €)  à  1440 € à Argenteuil. La médiane étant 1097 €.
J'ai déjà eu l'occasion de souligner que Paris est un véritable paradis fiscal où le prix de l'immobilier est le plus élevé, et de loin, et où les impôts locaux sont les plus bas de toutes les grandes villes. Les grands médias ignorent le sujet, puisqu'ils sont presque tous, parisiens.
En revanche, les habitants imposables d'Argenteuil cumulent tous les inconvénients : banlieue difficile, transports quotidiens et fiscalité locale au taquet ! Illustration d'inégalités...

Libellés : , , , ,

10 septembre 2016

+ 900 %, la fiscalité locale nantaise en folie ...

La presse parle abondamment des "cadeaux" fiscaux du gouvernement pour la prochaine année. Tant mieux pour les contribuables qui bénéficieront de cette réduction globale de 1 milliard d'impôt sur le revenu, qui intervient après une augmentation de 35 milliards depuis 2012...Quand on connaît tous les défauts de l'impôt sur le revenu qui n'est payé que par 46 % des contribuables, rapporte moins que la CSG, et est très concentré, puisque 10 % des contribuables en payent les 2/3, on peut penser que ce n'est qu'un aspect de nos problèmes de fiscalité.
L'actualité fiscale c'est la fiscalité locale, avec l'arrivée des avis d'imposition de taxes foncières payées par les propriétaires de leur logement. C'est l'impôt sur le capital local. Dans l'agglomération nantaise - Nantes métropole - pour reprendre la terminologie officielle, c'est l'année des records ! Comme je l'avais indiqué lors du vote le 1er décembre 2015,
http://polemiquevictor.blogspot.fr/2015/12/flambee-des-taxes-de-nantes-metropole.html
l'intercommunalité fait passer son taux de la taxe foncière de 0,659 % à 6,41 % soit une augmentation de 900 % !
Concrètement ma contribution à Nantes métropole qui se limitait à 18 € en 2015 passe à 180 € en 2016 !


Je serais curieux de savoir s'il existe dans les annales de la fiscalité locale une augmentation d' un tel niveau. En tout cas notre agglomération marque un grand coup et se situe certainement dans le trio de tête...
En contrepartie - si je puis dire - le taux de la taxe d'enlèvement des ordures ménagères a été diminuée de 10,73 % à 7,5 % ( -29,43%) entrainant une baisse de ma contribution de 88 € (cf. tableau). Mais cela n'efface pas, loin de là, l'augmentation précédente. On en retire le sentiment qu'en matière de fiscalité locale, d'une année sur l'autre, tout est possible, ou tout est à craindre, car les évolutions sont toujours dans le même sens...
Comme d'habitude la presse locale est très discrète sachant le sujet sensible (connivence ?). Seule Ouest France dimanche, le 4 septembre, a fait plusieurs pages sur la fiscalité locale dans l'Ouest, mais sans toucher un mot de l'effet des intercommunalités. Si bien qu'autour de Nantes, plusieurs communes qui n'ont pas modifié leurs taux de taxes foncières cette année, et qui s'étaient opposées à l'augmentation de Nantes métropole ( essentiellement des municipalités de droite et du centre) se sont retrouvées sur la liste rouge des villes où l'augmentation des taxes foncières est la plus élevée !
On comprend bien leurs réactions auprès du journal pour dire " Ce n'est pas notre faute, etc" mais cela montre aussi comment la ville de Nantes a habilement transféré à l'ensemble de l'agglo des charges qui ne sont pas forcément d'agglomération. Comme la maire de Nantes est également présidente de Nantes métropole, la chose est politiquement facile et bénéfique pour les Nantais. Une illustration également de la façon dont le pouvoir des communes se rétrécit au profit des intercommunalités. Le parallèle avec l'Europe peut tout à fait être évoqué. Tout cela suscite chez  le contribuable et citoyen de base, incompréhension et perplexité pour ne pas dire plus.

Complément publié dans Presse Océan le 1er octobre






Libellés : , , , ,

4 septembre 2016

Angela Merkel a débuté au schnaps...

La presse écrite est irremplaçable. Si l'on veut encore bien lire une enquête de six double pages comme celles que publie en ce moment Le Monde, où Marion Van Enterghem dresse le portrait et l'itinéraire d'Angela Merkel.
 J'apprends des choses étonnantes. Comme sa première campagne électorale en 1990 où elle est allée à la rencontre de pêcheurs sur les bord de la Baltique. Ils l'ont invitée dans leur cabane ( voir photo - partielle digne d'un tableau : c'est devenu La cabane à Merkel !) sentant fort le poisson et le tabac. Elle a discuté deux heures. " Celui qui veut discuter avec nous, il doit savoir boire du schnaps et je dois dire qu'elle a bien tenu le coup" relate l'un des pêcheurs. Elle avait tout de suite saisit l'enjeu de chacune de ses gorgées " Au fur et à mesure que le temps passe, son visage s'estompe dans le brouillard de la fumée des cigarettes." ." Un jour on s'est mis à la voir à la télé. J'ai dit aux gars : Eh, c'est la dame qui est venu boire le schnaps à la cabane !".
C'était six mois après la chute du mur de Berlin et la jeune Angela se présentait dans cette région de l'ex-RDA au nord de l'Allemagne dans une circonscription qu'elle a toujours gardé depuis ( et où il y avait des élections dimanche). Elle avait l'avantage d'être de l'ex-RDA ( avec le style vestimentaire !) non pas pour y être née, car elle est née à l'Ouest, mais parce que son père, pasteur, avait fait le choix de passer " A l'Est"  après la guerre. On apprend sa formation scientifique, ses qualités exceptionnelles de matheuse, sa capacité d'écoute et de résolution des conflits. Etant russophone elle est rapidement envoyée en Russie pour tater le pouls du pays. "Elle revient de mission avec une seule phrase " Les Russes disent " Staline a gagné la seconde guerre mondiale et Gorbatchev est en train de la perdre" ".
L'enquête montre aussi comment Angela Merkel a su " tuer le père" en la personne d'Helmut Kohl pour lequel elle avait peu de considération. Un récit passionnant qui continu. L'occasion aussi de mesurer que les succès et la longévité au pouvoir, ne sont pas le fruit du hasard, mais de qualités intellectuelles et humaines exceptionnelles. A lire pour ne pas désespérer de la politique. Bravo Le Monde !

Libellés : , , , , , ,

22 août 2016

JO, bon pour la tête et les jambes

Beaucoup de choses positives avec les JO de Rio. D'abord pour les brésiliens qui ont montré leur capacité à accueillir dans de bonnes conditions cette grande fête mondiale du sport, dans un contexte politico-social difficile. L'honneur aussi de gagner les médailles d'or dans les disciplines fétiches des brésiliens, le football - après tant d'humiliations - et le volley, à la fois sur la plage de Maracana où se disputait le beach-volley, et en salle. Certes les gradins étaient souvent clairsemés, mais les grands rendez-vous ont été tenus. L'image mythique de Rio, de sa baie, du Corcovado, ont, sans doute,  aidé les sportifs à se sublimer.
Du côté français, il a fallu supporter le chauvinisme et parfois l'outrance d'un certain nombre des commentateurs de France télévision, mais cela n'entame pas quelques belles satisfactions. C'est le  cas en athlétisme où nos médailles étaient souvent rares, avec la superbe performance de Mélina Robert-Michon, qui à 37 ans et à sa cinquième olympiade a décroché la médaille d'argent au lancer du disque. Elle a commenté tout cela avec simplicité et de grandes qualités humaines. La "maman" de l'équipe de France a tracé la voie.
Grande satisfaction également avec la médaille de bronze de Christophe Lemaire au 200 mètres. Une vraie résurrection avec tant d'années de galère. Un peu mis de côté par les médias en raison de sa communication parfois difficile, il a montré ce que la persévérance, la fierté, le talent, et une incroyable détermination, permettaient d'obtenir dans l'une des épreuves emblématiques où les places sont les plus chères. Une belle leçon de ce que permet le sport.
J'ajoute volontiers notre jeune couple de boxeurs, Estelle Mossely, jeune, modeste et diplômée et son compagnon Tony Yoka qui ont magnifiquement gagné leur médaille d'or. C'est " La belle romance olympique" comme le titre Ouest France, qui montre à la fois qu'aucun sport n'est plus fermé aux femmes et qu'un travail talentueux et de longue haleine est mené dans des clubs de banlieue.
Ces spectacles et ces satisfactions devant l'écran télé - jusqu'à tard dans la nuit - nous ont bien aéré la tête, au milieu de cet été où les bonnes nouvelles ont été plutôt rares et la morosité largement entretenue.

Libellés : , , , , , ,