22 août 2016

JO, bon pour la tête et les jambes

Beaucoup de choses positives avec les JO de Rio. D'abord pour les brésiliens qui ont montré leur capacité à accueillir dans de bonnes conditions cette grande fête mondiale du sport, dans un contexte politico-social difficile. L'honneur aussi de gagner les médailles d'or dans les disciplines fétiches des brésiliens, le football - après tant d'humiliations - et le volley, à la fois sur la plage de Maracana où se disputait le beach-volley, et en salle. Certes les gradins étaient souvent clairsemés, mais les grands rendez-vous ont été tenus. L'image mythique de Rio, de sa baie, du Corcovado, ont, sans doute,  aidé les sportifs à se sublimer.
Du côté français, il a fallu supporter le chauvinisme et parfois l'outrance d'un certain nombre des commentateurs de France télévision, mais cela n'entame pas quelques belles satisfactions. C'est le  cas en athlétisme où nos médailles étaient souvent rares, avec la superbe performance de Mélina Robert-Michon, qui à 37 ans et à sa cinquième olympiade a décroché la médaille d'argent au lancer du disque. Elle a commenté tout cela avec simplicité et de grandes qualités humaines. La "maman" de l'équipe de France a tracé la voie.
Grande satisfaction également avec la médaille de bronze de Christophe Lemaire au 200 mètres. Une vraie résurrection avec tant d'années de galère. Un peu mis de côté par les médias en raison de sa communication parfois difficile, il a montré ce que la persévérance, la fierté, le talent, et une incroyable détermination, permettaient d'obtenir dans l'une des épreuves emblématiques où les places sont les plus chères. Une belle leçon de ce que permet le sport.
J'ajoute volontiers notre jeune couple de boxeurs, Estelle Mossely, jeune, modeste et diplômée et son compagnon Tony Yoka qui ont magnifiquement gagné leur médaille d'or. C'est " La belle romance olympique" comme le titre Ouest France, qui montre à la fois qu'aucun sport n'est plus fermé aux femmes et qu'un travail talentueux et de longue haleine est mené dans des clubs de banlieue.
Ces spectacles et ces satisfactions devant l'écran télé - jusqu'à tard dans la nuit - nous ont bien aéré la tête, au milieu de cet été où les bonnes nouvelles ont été plutôt rares et la morosité largement entretenue.

Libellés : , , , , , ,

4 août 2016

La Hague, presqu'ile dans la presqu'ile du Cotentin

Le Cotentin dans ses côtes Ouest et Nord présente des sites aussi verts, superbes et harmonieux que la plus belle Irlande. On s'y baigne volontiers dans une eau dont la température est souvent proche de l'air ambiant : pas de choc thermique !
De l'exposition photo en plein air La Normandie vue par un Viking au Manoir du Tourp à Omonville-la-Rougue ( jusqu'à fin septembre) et plusieurs photos perso.

Dunes de Hattainville



Baie d' Ecalgrain

Mare de Vauville


Vauville

Dunes de Biville

Port Racine (le plus small !)

Granville



Photo Vauville à l'expo

Libellés : , , , , ,

Fin de " L'affaire Barbarin", moins de 30 secondes au JT de France 2

J'ai critiqué, il y a 4 mois, l'emballement de grands médias ( notamment Le Monde et France 2, que je suis régulièrement) à propos de la mise en cause de Mgr Barbabin  pratiquement accusé de non dénonciation de faits de pédophilie dans son diocèse de Lyon.
http://polemiquevictor.blogspot.fr/2016/04/le-monde-france-2-barbarin-et-au-dela.html
Après instruction, le non lieu prononcé en début de semaine par le procureur de Lyon a fait l'objet d'une information plus ou moins confidentielle dans les médias qui parlaient de "L'affaire Barbarin ".
France 2 dans son JT de 20 h - mais pas avant 20 h 15 - y a consacré moins de 30 secondes avec juste une photo. Le Monde a quand même signalé l'info en bas de 1ère page.
De la matière pour le rapport annuel de l'Observatoire de la Déontologie de l'Information ( ODI ) ...

Libellés : , , , ,

2 août 2016

La Gacilly, Lizio, belle Bretagne de l'intérieur

Belle expo photos en extérieur à La Gacilly sur le thème du Japon









Et le charme confidentiel de Lizio

Libellés : , ,

24 juillet 2016

Ouest France perd 68 000 lecteurs en 10 ans

Attentats : faut-il diffuser les portraits des tueurs ?

Le Monde 19 juin 2016 Rubrique Débats - Tribune de Hasna Hussein sociologue des médias et chercheuse associée à l'Observatoire des radicalisations
Terrorisme : assez avec les scoops de l'épouvante !
Les experts médiatiques doivent cesser de reproduire sans critique, à la télévision, le matériau des djihadistes, faute de quoi ils ne font que s'en faire les portes-parole.
Extrait
"On peut se demander si les médias qui avaient diffusé des photos d'un Abaaoud ou d'un Merah souriants n'ont pas contribué à une "héroïsation" de ces personnages"
Le Monde 19 juillet 2016 -  Débats - Entretien avec Fethi Bensalama membre de l'Académie tunisienne,professeur de psychopathologie à l'université Paris Diderot
"Les médias ne devraient pas publier les photos du tueur"
Ceux qui commettent des attentats comme celui de Nice espèrent  trouver avec leur crime une renommée sanglante. La presse doit limiter la publicité qu'elle leur fait en ne donnant que leurs initiales. On évitera ainsi une sinistre émulation entre candidats à la terreur
La Croix - courrier des lecteurs 21.07.16
"Heureusement La Croix ne suit pas la mode des autres quotidiens et chaines de télévision qui nous saturent des portraits de ces assassins. Ignorent-ils que chaque fois que leurs têtes apparaissent sur les chaînes de télé au Moyen-Orient, dans les rangs de Daech, des vivats et des tirs d'armes automatiques saluent la gloire de ces héros martyrs, et dans notre pays, suscitent des vocations chez certains en mal d'intégration ?
Egalement sur le site change.org, une pétition pour ne pas diffuser les portraits des tueurs.

Je ne vois pas beaucoup de gens des médias se poser cette question. Là aussi,  faire comme les confrères et rechercher l'audience, est-ce un argument suffisant au regard des effets désastreux de cette publicité ?

Libellés : , , , , ,

18 juillet 2016

Un attentat prémédité, quel scoop !

De nombreux médias - même Ouest France en titre de 1ère page - nous ont livré un scoop ce week end : L'attentat de Nice jeudi soir était prémédité ... Information recueillie aux meilleures sources !
S'il n'était pas prémédité cela signifierait qu'il a été improvisé, fait sur un coup de tête, un coup de sang ou sous l'effet de la boisson. Absurde.
Quelqu'un qui loue plusieurs jours à l'avance un camion de 19 tonnes pour l'utiliser de façon criminelle sur la Promenade des Anglais à Nice le soir des feux d'artifice du 14 juillet, est forcément dans la préméditation. Que l'on dise, qu'au fur et à mesure des investigations, il apparaît que  l'attentat a été minutieusement préparé : d'accord. Mais de grâce que l'on cesse de nous prendre pour des imbéciles, en nous donnant des scoops aussi ridicule que celui-là.

Libellés : , , ,

16 juillet 2016

Attentat de Nice, France 2, images et ITW choquantes

13 juillet 2016

Euro 2016, Saudade et désenchantement

Cette chronique est la 1 000è du blog ouvert en octobre 2005

 La finale de l'Euro de foot entre la France et le Portugal a été décevante et à l'image de l'ensemble de la compétition.
La blessure de Cristiano Ronaldo à la 17è  minute après une intervention violente de Paillet ( et Evra en deuxième rideau) a contrairement à ce que pouvaient penser certains, "plombé" le match. Le rythme assez plaisant jusque là s'est éteint, les Portugais se sont repliés et les Français décontenancés se sont montré incapables d'imposer un rythme digne d'une finale. A-t-on voulu se débarrasser du leader de l'équipe portugaise ? Je ne le pense pas, mais la faute était manifeste et dangereuse. Elle aurait du être sanctionnée. Les télévisions étrangères - à la différence de M6 - ont largement rediffusé le ralenti : un carton jaune, au minimum s'imposait. Cela n'a pas été aussi dramatique que l'agression de Schumacher sur Battiston lors de la 1/2 finale France-Allemagne à Séville en 1982 - qui reste dans toutes les mémoires - mais je pense que les Portugais s'en souviendront longtemps. Heureusement pour eux, ils ont gagné le titre, sans être flamboyant - jusqu'au bout de l'ennui -  mais il est évident que l'éclat  n'était pas leur style, surtout privé de Ronaldo.
Les Français ont déçu. A l'image de leur tournoi, ils n'ont pas su imposer leur jeu, dominer les débats. Il a souvent fallu qu'ils courent après un premier but adverse ou simplement pour obtenir un premier but, marqué au moins deux fois dans les dernières minutes. La maîtrise du ballon entre les défenseurs est souvent exaspérante, si elle ne se prolonge par des actions franches, rapides et précises. Nos attaquants sont souvent privés de ballon...Nous ne sommes pas le Barça ! Notre principal exploit dans un contexte très favorable, aura été d'éliminer  les Allemands privés de plusieurs titulaires mais surtout à cours d'imagination. Les quelques matchs spectaculaires seront venus des outsiders ( Irlande, Pays de Galles, Islande). Il y a eu quand même eu un Italie-Espagne de premier plan.
Il reste sur le plan sportif, une sorte de blues, une mélancolie douce-amère à l'image de la saudade si caractéristique chez les Portugais et les Brésiliens. Le matraquage médiatique avant la finale a accentué le décalage. Si au total, les amoureux du beau jeu n'y ont pas trouvé leur compte, au moins la sécurité de tous a été bien assurée. Six mois après les attentats de novembre, c'était un gros challenge. Gagné celui-là.

Libellés : , , , , , , , ,

12 juillet 2016

Rocard , le contre exemple et la frustation

J'extrais de l'édito du Monde du 5 juillet, rendant hommage à Michel Rocard sous le titre " Le contre exemple", le dernier paragraphe qui correspond totalement à ce que je pense. J'ajouterai simplement au chapître de la frustration, celle qu'il a certainement ressentie dans sa vie politique, mais qui lui a donné en contrepartie une énergie fantastique jusqu'aux dernier jours de sa vie.


Libellés : ,

9 juillet 2016

Christian Blanc et les cigares

L'hommage  sobre  et émouvant rendu à Michel Rocard aux Invalides, m'a permis de revoir parmi les proches de la famille, Christian Blanc. Brillant haut fonctionnaire, déterminant dans la crise de Nouvelle Calédonie, il était déjà dans les années 70 le  plus proche collaborateur et ami de Michel Rocard.  Il était responsable des rocardiens à la section Javel Grenelle ces mêmes années.
C'était un leader très attachant et pleinement en harmonie avec les choix et la pratique de Michel Rocard. Il s'est illustré   dans de nombreux domaines et a notamment sauvé et modernisé Air France et est à l'origine du service minimum à la RATP qu'il a également dirigé. Il a été aussi responsable du Grand Paris nommé par Sarkozy et contraint de démissionner pour une "fumeuse" histoire de frais de cigares ( dont il était grand amateur, sans doute un souvenir de son stage "révolutionnaire" à Cuba dans sa jeunesse).
Si sa passion des cigares lui ont coûté son poste de secrétaire d'Etat, elle lui a sauvé la vie le 11 septembre 2001. Il travaillait à l'époque pour la banque Merrill Lynch et était au World Trade Center à New York ce jour là. Par chance au moment de l'attentat il était sorti fumer un cigare.
Une bonne raison  pour ne pas s'arrêter de fumer...

Libellés : , , , , ,

5 juillet 2016

Michel Rocard, les médias et les Guignols

Michel Rocard était un adepte du temps long qui engage pour des décennies. Tous ses choix politiques au pouvoir en sont l'illustration : retraites, fiscalité et CSG, Nouvelle Calédonie, enseignement agricole, décentralisation...Pour cette raison il considérait que les grands médias dominés par l'immédiateté et l'émotion étaient à l'opposé des exigences du débat démocratique. Mais d'un autre côté il savait bien que refuser d'y être présent, c'était se condamner à disparaître du champ politique.
Canal + aux mains d'André Rousselet, l'ami et partenaire de golf de François Mitterrand, s'est distingué à travers les Guignols pour ridiculiser à l'extrême Michel Rocard en le présentant comme un être incompréhensible, bafouillant, et se perdant dans des discours " intellectuels" sans fin. Bref profondément ridicule. Evidemment Mitterrand gardait le beau rôle, ainsi d'ailleurs que Chirac qui a toujours été soutenu par les Guignols. Bien sûr Rocard avait ces dernières années, une expression orale qui pouvait parfois dérouter. Mais ce que j'ai toujours regretté - et souvent constaté - c'est qu'aux yeux de beaucoup de jeunes, peu intéressé par la vie politique, Michel Rocard était ce personnage incompréhensible et ridicule. La guignolisation de la politique et la chape de dérision qu'elle entraine participe largement au désenchantement de notre monde pour reprendre l'expression de Marcel Gaucher.

Libellés : , , , ,

3 juillet 2016

Merci Michel

Comme beaucoup je dois mon engagement politique à Michel Rocard. Il a représenté la dignité de la gauche au moment de la guerre d'Algérie. j'ai eu la chance, à mon retour en France en 1974/75, de suivre un séminaire à Paris, qu'il animait sur le thème " Choix politiques, choix économiques" absolument passionnant. J'ai milité en section à Paris 15 e et 14 e pour les choix des rocardiens  sur les orientations du PS. En particulier le congrès de Metz de 1979 où la confrontation Mitterrand Rocard n'était pas seulement celle de deux leaders, mais aussi des choix politiques, étatiste et économie dirigée ( " marxiste") d'un côté, décentralisé et économie ouverte de l'autre. Nous avions perdu , mais le changement de cap de 1983 nous a donné totalement raison. En Loire Atlantique nous formions un courant actif mené par Claude Evin très proche de Michel, comme tout le monde l'appelait. C'est Claude Evin qui m'a poussé a être candidat aux législatives en 88 sur la 10e circonscription du vignoble ( près de 36% des voix, seule Sophie Errante a fait mieux en 2012 !) . Plusieurs rocardiens ou rocardiennes du 44 ont pris des responsabilités comme élus ( Marie Françoise Clergeau et son fils Christophe, Alain Robert, Marie-Odile Bouillé, Gérard  Potiron à la Chapelle/Erdre  et beaucoup d'autres). J'ai fait le choix professionnel en 1995, déçu de ne pas voir Michel Rocard candidat de la gauche à la présidentielle. Nous avons manqué une chance historique. Mais son influence et son bilan ne sont pas seulement d'avoir sauvé le début du 2e septennat de Mitterrand ( RMI, CSG, paix en Nelle Calédonie). Ce qui n'a pas empêché qu'il soit "licencié" avec une côte de popularité supérieure à 50 % pour mettre Edith Cresson à sa place !
Ce qui restera de Michel Rocard c'est une passion et un engagement et une production intellectuel qui le situe dans la lignée de Pierre Mendès-France et des grands leaders socialistes du XXe siècle. C'est un ouverture politique, une absence de sectarisme, une déontologie politique, une haute idée de l'engagement, qui nous manqueront.
A Matignon en 1989, photo des rocardiens candidats aux municipales dans les villes de plus de 10 000 habitants

Merci Michel aussi pour cette remarquable simplicité, l'empathie spontanée, l'invitation à prendre un verre après un cours, l'accueil à Matignon, la réponse à toutes les correspondances ( dans ce blog le 9 décembre 2008 http://polemiquevictor.blogspot.fr/2008_12_01_archive.html, ou, il y a juste un an pour t'inviter à notre Observatoire des médias) et ce souvenir récent d'une conférence à Nantes devant 400 étudiants d'Audencia et Centrale. Qui aujourd'hui à plus de 80 ans sait aussi bien parler à la jeunesse ?
Salut Michel,  Merci et Bon Vent !

Libellés : , , , , ,

30 juin 2016

Une prime de départ aux zadistes

Le référendum Pour ou Contre NDDL a été clair avec plus de 55 % d'approbation et plus de 51 % de participation. La première étape consistant à libérer la zad de ses occupants est au centre des débats et l'on ne cesse de nous annoncer des catastrophes à cet égard. Plutôt que la force, pourquoi ne pas essayer la méthode douce. Ce n'est pas trop dans notre culture, mais pourquoi ne pas proposer une prime de départ aux zadistes comme on l'a fait à une certaine époque pour les agriculteurs?
Pour les inciter à partir, il faudrait aussi qu'ils trouvent un autre terrain de lutte contre un grand projet écologiquement contesté. Par exemple, les nouvelles lignes LGV Bordeaux Toulouse et Bordeaux Dax, prévues pour 2025 ( 9 milliards) qui représentent 327 kms de voies totalement nouvelles, soient des centaines de milliers d'hectares. Autre chose que les 1200 ha de NDDL.
Il est temps de s'en occuper !

Libellés : , , ,

28 juin 2016

Un but exemplaire

Une belle ouverture de Rami sur Giroud qui embarque les deux défenseurs centraux irlandais et remet de la tête dans la course de Griezmann qui, avec beaucoup de sang froid, trompe le gardien Shay Given. C'est le but victorieux de la France dimanche dernier face à l'Irlande ( 2-1) qui nous qualifie pour les 1/4 de finale. Il est exemplaire de simplicité, d'efficacité et de rapidité. Foin de ses passes interminables souvent en retrait pour " garder la maîtrise du ballon" qui est parait-il, le b-a, ba du football moderne ( L'Espagne vient d'en payer le prix face à l'Italie). Les équipes qui gagnent pratiquent un football de mouvement, de projection vers l'avant et d'esprit collectif. Il faudra s'en inspirer contre les Islandais.
C'est l'occasion de souligner le rôle de passeur d'Olivier Giroud ( c'est le meilleur passeur de l'équipe de France avec 5 passes décisives). La complémentarité avec Griezmann est excellente, et le trio avec Payet est notre meilleur solution offensive. Dans Ouest France, Michel Der Zakarian souligne que " Olivier Giroud a encore été décisif" à la fois sur le but de Griezmann et sur l'expulsion d'un joueur irlandais. Mal aimé de certains supporters qui auraient voulu Benzema à ce poste, il faut rendre hommage à Giroud, souvent privé de ballons, qui pèse par sa carrure sur les défenseurs centraux, habile dans les déviations et le jeu de tête, et qui sait défendre efficacement.
Un bon point aussi à Sagna que je trouvais beaucoup trop timoré, mais qui devient - enfin - plus offensif. Il a su trouver Griezmann pour le premier but avec un très bon centre. S'il essayait parfois de déborder plutôt que de faire des passes en retrait ce serait un atout supplémentaire.

Libellés : , , , , , ,

25 juin 2016

Brexit, 80 % des journaux britanniques pour

 Dans les commentaires sur le Brexit le rôle de la presse n'est pas assez souligné. 80 % des quotidiens britanniques ont fait campagne pour la sortie de la Grande Bretagne de l'Europe et souvent de façon caricaturale. A la différence e ce qui se passe en France, les journaux papier sont énormément lus. Il suffit de pénétrer dans n'importe quel drugstore pour voir par terre les piles des tabloïds Sun, Daily Star, Daily Mirror ou Daily Express.... A eux seuls les quatre plus forts tirages totalisent plus de 6 millions d'exemplaires.
Cette presse populaire voire populiste n'est pas regardante sur les titres accrocheurs, les illustrations racoleuses et un déontologie  au vestiaire. Son souci est principalement de surfer  sur les à priori de son public en sollicitant beaucoup plus l'émotivité que la réflexion. Sur ce plan, le référendum sur le Brexit était un sujet formidable pour taper sur Bruxelles, ses eurocrates, son administration pléthorique, le Parlement européen " dispendieux" sans parler de l'arrogance des froggies, etc .
La constatation a été faite par beaucoup, que dans cette campagne les vrais enjeux n'avaient pas été beaucoup débattus. La presse populaire britannique y a largement contribué.

Libellés : , ,

21 juin 2016

Il faut agrandir les buts

Combien de tirs sur les poteaux de buts depuis le début de l'Euro ? Si les buts étaient plus grands , les Français auraient 3 ou 4 buts supplémentaires à leur bilan (Paillet, Pogba, Giroud, Griezmann ont touché les montants ou la transversale). De même pour les Portugais ( Ronalto) et beaucoup d'autres équipes qui butent sur des "petites équipes"  jouant la défense renforcée et qui arrive à préserver des 0-0 signe d'un grand succès...
Si l'on songe que la taille des buts a été fixée en 1863, sans changement depuis, il n'est pas absurde de la faire évoluer ne serait-ce qu'en raison de l'augmentation de la taille moyenne des joueurs depuis 150 ans. L'idée n'est pas si farfelue que ça. Elle a été émise il y a plus de 20 ans par Sepp Blatter président de la FIFA.  Cf. Extrait de Libération 5.01.1996
"Pourtant, le numéro deux du foot mondial est on ne peut plus sérieux. Son souci: redynamiser le jeu et en finir avec les scores peau de chagrin. Blatter a précisé que les responsables de l'International Football Association Board, gardien des règles du foot depuis 1886, avaient donné leur feu vert pour que les cages, qui mesurent actuellement 7,32 m de large sur 2,44 m de hauteur, dimensions immuables depuis la naissance officielle du foot le 26 octobre 1863, gagnent 20 centimètres (un diamètre de ballon) en hauteur et 50 centimètres en largeur. «Le Board prendra la décision au mois de mars à Rio. Nous procéderons ensuite à l'expérimentation», explique Blatter avant d'ajouter, sans doute conscient du pavé qu'il vient de lancer: «Nous jouerons la Coupe du monde 1998 avec les règles actuelles."
La question reste posée !

Libellés : , , , ,

16 juin 2016

Boules au frigo ou comment truquer un tirage au sort

J'avais été eu l'écho des trucages possibles des tirages au sort dans les compétitions de football avec l'utilisation de boules "chaudes" ( pour les reconnaitre !). Sepp Blatter annonce benoîtement qu'il en a été témoin dans une interview récente dans La Nation journal argentin.

http://www.francetvsport.fr/football/sepp-blatter-a-deja-vu-un-tirage-au-sort-truque-340107

Certains mal intentionnés penseront peut être que la France pour sa compétition de l'Euro 2016, a bénéficié d' un tirage au sort très favorable. Loin de nous cette pensée !

Libellés : , , , ,

13 juin 2016

Bravo l'Italie

Plus que les vedettes misent en avant par les médias  - légitimement ou non - nous avons vu ce soir avec la victoire de l'Italie 2-0 contre la Belgique, une belle leçon de football. C'est à dire une équipe qui joue vite, se projette vers l'avant, avec des transmissions à une touche de balle, une très grande qualité technique, des ballons en profondeur et des attaquants qui courent vite ! Bref un superbe match qui manquait jusqu'à maintenant. Au bout du compte les Italiens ont 130 passes réussies de moins que les Belges, et pour cause : les passes en retrait ce n'est pas leur spécialité. Ils créent très rapidement du jeu et nous font plaisir. Merci !

Libellés : ,

8 juin 2016

Nantes hors circuit

La pression monte pour l'Euro de foot qui débute vendredi. Supplément de Presse Océan et de Ouest France qui par ailleurs fait une présentation détaillée,  dans son édition du jour, des dix stades de la compétition. Il y a les poids lourds de Lyon et de Lille et les investissements plus modestes de Toulouse. Mais rien à Nantes qui est pourtant l'une des villes historiques du football en France avec Reims, Saint Etienne, Lyon, Monaco et le Paris St Germain. Rien dans tout le Grand Ouest qui à pourtant l'une des plus fortes densités de club en ligue 1.

Dans son supplément Presse Océan revient avec justesse sur la décision nantaise prise en septembre 2009 de ne pas être candidate à l'Euro de football ( Le choix de la France n'était pas encore intervenu). C'est clairement un choix assumé de Jean-Marc Ayrault qui avançant - sans débat et sans recherche de partenaires - le coût de 100 millions a dit immédiatement non à la rénovation et à la mise aux normes de la Beaujoire. A aucun moment n'a été mis en contrepartie toutes les retombées économiques, touristiques et en termes d'équipement. Pourtant toutes les villes choisies se félicitent de leurs choix. A Lille par exemple où Martine Aubry ( vraie supporter elle !) attends 700 000 visiteurs et touristes grâce à cette compétition dans le stade Pierre Mauroy qui accueille aussi bien la finale de Coupe Davis 2014 que le championnat d'Europe de basket 2015 ou des concerts. Un formidable outil de vie culturelle au sens large. Même vocation multi-sportive et culturelle, à Nice,  à Bordeaux avec son stade 42 000 places flambant neuf. Dans l'éternelle compétition entre Nantes et Bordeaux ces derniers nous enfoncent en matière de grands équipements : stade, superbe musée du vin, pont levant Chaban Delmas et futur pont ( le 6e) Jean-Jacques Bosc, festif et piétonnier pou 2020, ligne  LGV qui met Bordeaux à deux heures de Paris, etc.
J'avais émis l'idée reprise à l'époque dans le forum de OF que Nantes avait une opportunité de rebondir pour compenser cette absence et cet hors-jeu, en faisant clairement le choix du nouveau Pont Transbordeur comme monument et équipement structurant de la ville du XXIè siècle. Las, dans ce domaine aussi, le choix a été celui du sur-place. Pour compléter notre esprit chagrin Nantes avec Rennes est devenu dans la période récente, la ville de toutes les contestations ( 9-10 manifs en deux mois + les zadistes) systématiquement accompagnées de dégradations. Les habitants et commerçants du centre ville n'en peuvent plus... Des centaines de milliers de supporters et touristes auraient été les bienvenus en ce mois de juin pour compenser les manques à gagner dans l'image et dans les recettes.

Libellés : , , , , , , ,

7 juin 2016

Carrière Miséry : arbre aux Hérons ou Estufia Fria ?

Presse Océan s'est fait l'écho de l'idée - juste une idée  ? - que l'Arbre aux hérons - qui ne doit pas se faire dans ce mandat ( JR dixit) - se trouverait bien placé dans la carrière Miséry dans le Bas Chantenay, juste en  dessous du parc des Oblates. C'est effectivement un superbe endroit de 4 ha actuellement en friche.
Notre assoc Les Transbordés a déjà formulé une proposition pour ce site dans le cadre du Grand débat Loire. Celle d'y installer un parc botanique du type "chaud-froid" comme l'Estufia Fria à Lisbonne.
J'ai eu l'occasion de le visiter, c'est un lieu enchanteur





Ce serait un beau projet naturel

Libellés : , , ,

Je supporte les bleus

La chronique du 2 juin " Je ne supporte pas les bleus..." a suscité une pointe de fréquentation étonnante. Le jeu de mots et la campagne anti-femmes battues que la formule illustrait ont  dû décevoir ceux qui pensaient que j'allais entrer dans les considérations extra-sportives autour de Benzema notamment. Sorry !
Je pense que l'équipe de France est bien menée par Didier Deschamps, que sa sélection est la meilleure possible, étant précisé que la meilleure sélection ce n'est pas forcément l'assemblage des supposés meilleurs à chaque poste, mais un ensemble cohérent qui recherche et trouve la meilleure efficacité par la complémentarité des uns et des autres et dans leur capacité à porter collectivement un projet ambitieux.
Didier Deschamps peut faire sien le proverbe arabe " Les chiens aboient, la caravane passe !".
Les derniers matchs de préparation ont apporté de vrais satisfactions avec une vraie efficacité. Olivier Giroud y est pour beaucoup et l'on commence enfin à reconnaitre qu'il est le meilleur avant-centre : 7 buts au cours des 7 derniers matchs sans jamais jouer les 90 minutes. Pour mémoire faut-il rappeler la longue période de disette de Karim Benzema qui jusqu'en octobre 2013 joua comme avant centre titulaire de l'équipe de France, 1222 minutes sans marquer le moindre but. Un record sans doute ! Pour le moins, la preuve que Didier Deschamps ne l'a nullement défavorisé...
J'aime bien l'équipe qui gagne mais le jeu des bleus  soulève rarement mon enthousiasme.On a l'impression que certains joueurs sont les champions de la passe en retrait. Entre le milieu et les défenseurs ont joue entre soi, et ça peut durer, durer... Les attaquants sont souvent sevrés de ballons, obligés de venir les chercher. Pratiquement jamais de relance rapide, de contre-attaque éclair pour donner très vite le ballon aux attaquants et surtout vers l'avant-centre qui n'attend que ça. Les choses s'amélioreront peut être avec la compétition. Je l'espère.

Libellés : , , , , ,

5 juin 2016

NDDL arguments pour le OUI

Des arguments en faveur du OUI à la consultation du 26 juin en Loire Atlantique pour le transfert de l'aéroport de Notre-Dame-Des-Landes

> https://www.youtube.com/watch?v=EuvSW_Dgzn8&feature=youtu.be

Libellés : ,

2 juin 2016

Je ne supporte pas les bleus...

Habile campagne qui surfe bien  sur l'actualité que celle d'une association luttant contre les violences faites aux femmes
http://www.lesnouvellesnews.fr/jenesupportepaslesbleus-la-societe-ne-peut-avancer-impliquant-les-hommes/

Libellés : , ,

30 mai 2016

CGT la lente agonie du XIXe siècle

 Je reprends volontiers le titre de la dernière chronique de Bruno Frappat samedi 28 mai dans La Croix. Particulièrement son dernier paragraphe en guise de conclusion ( provisoire !).

Bruno Frappat rapporte aussi un reportage, que j'ai également vu, d'un face à face sur un barrage entre grèvistes et des "antigrève". Au sujet de ces derniers, un ouvrier faisait remarquer, dans un haussement d'épaule méprisant " Oui mais ce sont des cadres et des ingénieurs !" " Il les poubellisait en quelque sorte, les expulsant du monde du travail." Dommage que le ou la journaliste n'ai pas demandé s'il considérait que les cadres et les ingénieurs étaient ou non des "travailleurs" dignes de la considération de la CGT...

Libellés : , , , , ,

26 mai 2016

Boualem Sansal réaction

Mon billet sur Boualem Sansal du 22 mai a suscité de la part d'un ami suisse une réaction que je cite et à laquelle j'ai répondu.

"L’article concernant Boualem Sansal suscite, pour moi, deux questions :
1) Un livre qui se vend bien est-il forcément "majeur" ? (…mais c’est peut
être bien le cas de celui-ci).
2) La remarque sur les jeunes réfugiés "… à cet âge, on se bat pour son
pays" est-elle bien appropriée, quand on sait que dans de nombreux pays
(Érythrée, Syrie…) le jeune est enrôlé dans une armée qui massacre ses
propres citoyens ? …et si c’est pour résister à cet enrôlement sans
structure et appui de l’extérieur c’est suicidaire (les résistants Français
que j’ai connu restaient discrets et ne donnaient aucune leçon à cet égard)."


 Je pensais bien que la reproduction des propos de Boualem Sansal susciterait
des réactions, et je comprends bien ton point de vue. Sans partager
pleinement l'opinion de Boualem Sansal sur la place de la jeunesse dans les
migrants, je crois quand même qu'il faut écouter des intellectuels algériens
comme lui ou Kamel Daoud qui font le choix de vivre dans leur pays où il
sont menacés et confrontés à des islamistes dont le poids politique ne cesse
de progresser. Qu'ils souhaitent nous alerter, nous inciter à élargir notre
focale, soit par des interviews ou à travers un livre comme "2084 la fin du
monde"
fable pessimiste - que je n'ai pas lu, mais je vais le faire - me
paraît plutôt une bonne chose.
Au problème des migrants, il n'y a pas de solutions évidentes et indolores,
mais lorsque je vois l'Europe s'en remettre à Erdogan pour nous décharger en
partie de cette question, je pense que nous vivons à courte vue. Quelles
seront les prochaines demandes du futur "Sultan" d'Istambul et Ankara? Pour
paraphraser Mme De Guermantes chère à Marcel Proust à propos de la Chine, je
dirai : " La Turquie - et Erdogan - m'inquiètent " ...
Mais la France aussi...






Libellés : , , , , ,

L'Humanité comme Granma à Cuba, seul quotidien papier

Tous les quotidiens français ont refusé de céder au chantage de la CGT et des ouvriers du livre qui exigeaient sous peine de non parution, la publication intégrale d'une tribune de Philippe Martinez son secrétaire général. Seul l'Humanité qui en profite pour faire un numéro spécial, est paru aujourd'hui avec bien sûr cette tribune en pleine page.
C'est peut-être un rêve des communistes français d'avoir un quotidien unique comme Granma chez les camarades cubains où  seul le quotidien du parti est autorisé à paraître.
La liberté de la presse et la pluralité des opinions ne sont sans doute pas des valeurs révolutionnaires...

Libellés : , , , , ,

22 mai 2016

Boualem Sansal invité de Ouest France

Boualem Sansal était l'invité de dimanche Ouest France le 15 mai dernier. Son dernier livre 2084 La fin du monde est l'un des romans majeurs de l'année; il  a été vendu à 300 000 exemplaires et traduit dans le monde entier. C'est un conte voltairien féroce qui fait écho à 1984 et son Big Brother de George Orwell. Mais nous sommes en 2084 en Abistan un empire islamique où l'individu n'a pas le droit de penser mais doit se soumettre, notamment à la charia. L'auteur sait de quoi il parle pour avoir connu le Front Islamique du Salut en Algérie. On peut voir dans ce roman un parallèle hard avec le roman Soumission de Michel Houellebecq qui connaît aussi un grand succès de diffusion.
Dans ses commentaires de l'actualité Boualem Salem parle avec beaucoup de franchise et souvent à contre courant des grands médias. Un exemple à propos des réfugiés.
" Je suis très mal à l'aise avec la question des réfugiés. Je regarde ces gens avec beaucoup de compassion, ils sont dans un état de faiblesse infini. Mais je considère qu'ils doivent rester dans leur pays quoi qu'il arrive. Il y a des possibilités de migration dans son propre pays, la guerre n'est pas partout. Je suis choqué de voir tous ces jeunes qui fuient. A cet âge on se bat pour son pays."
Sévère et certainement discutable mais justement cet aspect n'est jamais discuté. Pourtant que ce soit pour les réfugiés politiques ou économiques l'évaluation précise de la situation des pays de départ est indispensable. Sinon le risque pour les pays d'accueil est lourd et en grande partie insoluble.

Libellés : , , , , ,

19 mai 2016

La langue des médias : phobie, dérapage, évaluation morale



Extrait d'une récente interview sur le site Atlantico ( plutôt à droite sur l'échiquier presse d'opinion).
Dans son dernier livre, "La langue des médias", l'universitaire Ingrid Riocreux analyse l'emploi exponentiel du mot "dérapage" par les journalistes, ce qui révèle, selon elle, une dérive de ces derniers qui assument de plus en plus une fonction d'évaluation morale.

Destruction du langage

Publié le 20 Mars 2016



Atlantico : Dans votre livre, "La langue des médias", sous-titré "destruction du langage et fabrication du consentement", vous évoquez les mots valises et autres expressions convenues des journalistes. Parmi ceux-ci, l'incontournable "dérapage", qu'on lit et qu'on entend plusieurs fois par jour désormais. Depuis quand et pourquoi, selon vous ?
Ingrid Riocreux : Au sens propre, déraper c’est glisser de manière incontrôlée, accidentelle. Ce qui est intéressant, c’est que, bien avant d’envahir l’espace médiatique, le mot "dérapage" avait déjà acquis dès les années vingt un emploi figuré pour désigner un écart psychologique ou comportemental, une perte momentanée du contrôle de soi. 
Il y a donc, à l’origine, une dimension pathologique dans le dérapage, exactement comme pour la notion de "phobie" qui a, elle aussi, pris une place énorme dans le vocabulaire actuel : islamophobie, homophobie, etc. Justement parce que "dérapage" est une métaphore, le sens de ce mot reste très flou, comme l’est aussi celui des "phobies".
"Dérapage" renvoie, de manière très générale à l’idée d’écart par rapport à une norme. Si l’on regarde avec un peu d’attention dans quels contextes il est convoqué, on constate qu’il désigne un panel très large d’écarts, allant de la petite phrase "sulfureuse" comme ils disent, au geste vulgaire ou violent, en passant par les insultes. C’est large ! Mais le point commun, c’est que tout cela, ce sont des choses "pas bien".

Au-delà du flottement sémantique, on voit donc que l’emploi exponentiel du mot dérapage témoigne d’une dérive du journalisme, qui assume de plus en plus nettement une fonction d’évaluation morale. Or, rien n’est moins objectif qu’une évaluation morale, les notions de bien et de mal étant toujours adossées à un certain système de pensée, une certaine vision du monde, en un mot, à une idéologie. Il est d’ailleurs tout à fait révélateur que la plupart des propos désignés par les journalistes comme des dérapages ne donnent lieu à aucune poursuite judiciaire ou, quand c’est le cas, à aucune condamnation.

Parler de dérapage permet donc, sans en avoir l’air, d’exprimer un jugement moral sur les propos de quelqu’un, mais ce qui est frappant c’est que le journaliste lui-même n’en est pas conscient. Il emploie la notion de dérapage en pensant manifestement qu’il s’agit d’un terme absolument neutre. Laissez-moi vous donner un exemple. Dans son JT de 13h, Jean-Pierre Pernaut dit un jour ceci : "malgré son dérapage sur la race blanche, Claude Bartolone est reconduit à la tête de l’Assemblée nationale". Le 19 décembre, dans son émission On n’est pas couché, Laurent Ruquier commente cette phrase en accusant Pernaut d’avoir ainsi "donné son avis". Réaction de Léa Salamé : "non, Pernaut a raison, c’est factuel !". Pour elle, comme pour Jean-Pierre Pernaut apparemment, un dérapage, c’est quelque chose d’objectif, de factuel.

Intégralité de l'ITW :  http://www.atlantico.fr/decryptage/denonciation-derapages-deux-poids-deux-mesures-que-journalistes-pratiquent-inconsciemment-et-largement-ingrid-riocreux-2630933.html

2 - Bien que les choses ne se situe pas sur un plan idéologique ( bien que...) Je suis agacé par la signification donnée au mot ZAD dans les médias à propos de Notre Dame des Landes. ZAD c'est " zone à défendre" comme l'ont baptisé les opposants et occupants de la ZAD. Sauf que la ZAD qui en urbanisme veut dire Zone d'Aménagement Différé existait déjà dans les années 80, quand les pouvoirs publics faisait déjà l'acquisition des terrains pour le projet de transfert de l'aéroport. Dire que les ZAD est la zone à défendre, c'est de la part de la presse, adopter le point de vue des opposants.
" Mal nommer les choses, disait Albert Camus, c'est ajouter aux malheurs du monde" 

Libellés : , , , , , , ,

10 mai 2016

Sadiq Khan nouveau maire de Londres, la presse française caricaturale

L'élection jeudi dernier du nouveau maire de Londres qui a vu la victoire du travailliste Sadiq Khan contre le conservateur Zac Goldsmith a donné lieu dans nos grands journaux radio-télé a un festival de clichés sommaires et manichéens. Le fait que Sadiq Khan soit musulman et d'origine modeste et que son adversaire soit " fils de milliardaire" a été martelé jusqu'à la caricature. D'un côté, la divine surprise, le "bon" candidat d'origine pakistanaise qui en a bavé pour arriver à ce stade et de l'autre, l'enfant gâté, le richissime, ignorant tout de sa ville puisque piègé par une question sur la vie quotidienne en métro. On imagine les priorités dans les salles de rédaction "Coco ça va faire la Une, on ne parle pas de politique, par contre tout sur le sociétal ! En plus il est musulman, tu va voir le buzz !" . J'ai en tête l' intervention d'une envoyée spéciale de BFM TV absolument caricaturale dans ce schéma, les "bons" contre les "méchants"... Le monde est tellement plus simple ainsi.

Libellés : , , , ,

Bordeaux champion des croisières








Les Transbordés ont fait des propositions pour promouvoir la vocation croisière de Nantes. Cette info montre que Bordeaux a une belle longueur d'avance.

Du centre-ville au Verdon, en passant par le terminal de Bassens, le port de Bordeaux connaitra
en 2016 une activité record dans le domaine de la croisière. Pas moins de 50 paquebots y sont
 attendus cette année, pour plus de 80 journées à quai, la capitale girondine accueillant de
nombreuses escales en « overnight », c’est-à-dire avec deux jours et une nuit sur place.
En tout, il y aura 10 escales inaugurales, dont celles de L’Austral de Ponant et du Viking Star de
Viking Ocean...

Libellés : , , ,