11 janvier 2017

Djihadisme, le silence de la gauche

Ouest-France 9 janvier : L'ITW n'est pas de moi, ce sont des propos de Jean Birnbaum lors de sa conférence du 6 janvier relevés par un collègue de l'Observatoire des médias.
S'il ne fallait rajouter qu'un mot, ce serait pour dire que la dernière phrase s'étend à toutes les croyances et spiritualités. La spiritualité laïque existe. Jean Birnbaum en a parlé.


Libellés : , , , , ,

7 janvier 2017

Jean Birnbaum à l'Observatoire des médias

Nous avons reçu vendredi 6 janvier dans le cadre des conférences de l'Observatoire des médias de l'UP, Jean Birnbaum, directeur du Monde des livres, auteur de  l'essai Un silence religieux, la gauche face au djihadisme Edit du Seuil ( Prix Aujourd'hui 2016). Nous avions retenu comme titre de la conférence débat : Les yeux grand fermés, médias et politiques face au djihadisme.
Entre 250 et 300 personnes ont participé à cette rencontre au CCO : il y avait manifestement une attente, des questionnements, auxquels il a répondu avec talent, précision et empathie.
La conférence sera diffusée sur la Webtélé de l'université.
Une interview était parue le matin même dans Presse Océan.




Libellés : , , , , ,

3 janvier 2017

Jour de rentrée, nouvelle année 2017

Pour tous

Parc de Maulévrier 13 novembre 2016 

Pour les attentifs au monde de l'information et des médias *

Pour ceux qui croient en l'avenir de leur ville et aux ponts qui relient les hommes *

* Deux tableaux de la Galerie des Glaces quai de Versailles à Nantes ( date ?)

 


Libellés : , ,

29 décembre 2016

Merci Nantes Métropole d'avoir relancé le débat...

Presse Océan s'est fait l'écho à l'issue du dernier conseil communautaire de l'apparition, pour la première fois dans un document officiel, du tracé d'un nouveau franchissement sur le Bras de la Madeleine à Nantes.


Attentifs à tout ce qui se passe et se prépare sur ce site, les Transbordés pense à un communiqué de presse qui pourrait se présenter ainsi :
"Les Transbordés remercient Nantes Métropole d'avoir relancé le débat sur les franchissements en retenant le site d'installation du Pont Transbordeur du XXIe siècle ( tel qu'il a été présenté dans le Grand débat sur la Loire) pour le futur franchissement du Bras de la Madeleine en aval de la gare maritime.
Ce franchissement sera nécessaire pour desservir à partir de l'Ile de Nantes le futur site de l'Arbre aux Hérons sur la carrière de Miséry. Le nouveau Pont Transbordeur complétera ainsi l'attractivité des sites des Machines, de l'Eléphant, du Carrousel et de l'Arbre aux Hérons et offrira le franchissement souhaité par tous les nantais préservant l'espace maritime et fluvial du Bras de la Madeleine."
Cent fois sur le métier remettre l'ouvrage...

Libellés : , , , ,

22 décembre 2016

Solidaire avec Antony Torzec

Le conseil d'administration de Radio Fidélité vient de licencier " économiquement" Antony Torzec son journaliste, en place depuis 15 ans, et que tout le monde médiatique nantais salue comme l'un des meilleurs à tout point de vue. Réputé pour son indépendance, la qualité de ses interviews, sa haute idée de l'éthique journalistique, il a été l'un des meilleurs animateurs du Club de la Presse Nantes Atlantique (CPNA). Nous avons pendant plusieurs années mené des conférences communes CPNA-OMUP : Antony était un animateur hors pair, toujours passionné, sans langue de bois.
L'article de Presse Océan joint, laisse entendre - à la surprise de tous - qu'il y aurait du règlement de compte dans ce licenciement. Ce n'est pas un "compte" de Noël, hélas.

Jean-Damien Fresneau avait eu la bonne idée de l'invité le 1er décembre à l'Atelier des médias de l'université permanente à l'occasion du 30è anniversaire de Radio Fidélité. Antony avait impressionné les membres de l'Atelier qui ne le connaissaient pas. Un ami, très laïc, me disait qu'à priori, il n'avait pas eu l'intention de venir : à l'issue de la séance, il avouait sa grande surprise, positive, subjugé par la façon dont il nous avait parlé pendant une heure de sa conception et de sa pratique du journalisme.
Je retiens en particulier, qu'il nous avait dit n'avoir jamais subi de pression et être totalement solidaire des choix éditoriaux de sa radio ( même " la diffusion du  chapelet" !). Sa probité est bien mal récompensée.
Je ne doute pas qu'il rebondisse dans sa vocation : il ne manque pas de supports à Nantes où il apporterait une grande valeur ajoutée. Pour l'immédiat je signe la pétition de solidarité pour que cette décision inique et absurde soit rapportée. 

Libellés : , , , , , ,

11 décembre 2016

Les millions de l'Arbre aux hérons

Dans PO du vendredi 9 décembre la présentation du financement des 35 millions € nécessaires à la mise en place de l'Arbre aux Hérons.

Cet article sur le financement est révélateur des approximations qui entourent l'Arbre aux hérons. Pourquoi la répartition par tiers ? On note tout de suite que 2/3 des 35 millions seront à la charge des contribuables soit par l'intermédiaire de Nantes Métropole, soit par le biais de l'Etat, l'Europe et autres collectivités. Si on ajoute que les Machines de l'Ile sont déjà largement subventionnée par Nantes Métropole, on voit bien que, contrairement aux apparences, ce projet culturel sera essentiellement à la charge des citoyens.
Je ne sens pas le projet porté par la société civile ( le crowdfunding à 200 000 € est vraiment très bas). Compte tenu de son importance l'Arbre aux hérons devrait être un enjeu politique local sur lequel la population devrait pouvoir se prononcer : pourquoi pas un référendum  ? ( Même si l'on sait que dans le département, il peuvent être sans suite...) Avec déjà le CHU imposé sur l'ile de Nantes, cette politique de décisions  "Je suis élu, je fais ce que je veux" ne rencontre-t-elle que l'indifférence des Nantais ?

Libellés : , , ,

2 décembre 2016

Hollande crépusculaire

La mise en scène du renoncement de François Hollande à une candidature pour un second mandat, avait quelque chose de crépusculaire : éclairage insuffisant, tenue funéraire, tonalité défaite. J'ai pensé immédiatement aux adieux de VGE en 1981 dans son décor gris sombre et son discours " Vous ne me méritez pas. Au revoir !" accompagné d'un long trajet en silence du bureau vers la porte du fond. Il y a comme ça des moments de télé que l'on oublie pas. Si l'on a oublié les paroles, on se souvient très bien de la musique. Celle de François Hollande était de l'ordre du Requiem ...
Juste avant son allocution, j'avais parié sur le renoncement . Bonne pioche, mais sans mérite : une chance sur deux au départ + beaucoup d'arguments politiques et un contexte sans issue conduisant à cette solution. En laissant les évènements décider pour lui, le risque était là. Il lui faut assumer.

Libellés : , ,

28 novembre 2016

Fillon, et le programme commun

François Fillon a gagné haut la main, la primaire de la droite et du centre. Personne, même pas lui-même, n'imaginait un écart aussi spectaculaire au second tour. Personne n'avait imaginé que Alain Juppé s'effondrerait aussi rapidement après  que l'hypothèse Sarkozy ait été écartée. Comme si le film s'était accéléré dans les deux dernières semaines, pour faire apparaître un scénario voulu par plus de deux millions d'électeurs.
François Fillon a gagné parce qu'il a fait campagne depuis longtemps dans l'ombre et en dessous des radars des médias. Il a établi un programme détaillé, solide, culotté, qui est d'abord apparu pour ses électeurs, comme un programme bien marqué à droite. Ce n'est pas une nouveauté que pour gagner une élection interne, il faut à droite comme à gauche, un programme et - au moins - un discours, qui soit fortement marqué du côté de son "identité" politique. Fillon a été clair là-dessus, Juppé a fait le contraire, à son détriment.
Ce programme est aujourd'hui fortement critiqué et jugé irréaliste. Il mettrait la France quasiment en guerre civile. Sans me prononcer sur le fond, je ne peux m'empêcher de penser au programme commun de la gauche, fruit d'un accord entre le parti socialiste et le parti communiste, avant 1981, qui était un véritable épouvantail pour tous les milieux économiques. C'était explicitement le temps de"  la rupture avec le capitalisme" . Cela n'a pas empêché François Mitterrand de gagner en 1981, la gauche toute entière s'étant mobilisée sans défaillance. La stratégie de conquête du pouvoir s'est avérée payante. Des ajustements - notamment en 1983 - ont été nécessaires...On peut penser que François Fillon ne fera pas du "copié, collé" avec son programme.
Malgré sa longue carrière politique, François Fillon est apparu comme un homme neuf dans une élection où trop de candidats étaient marqués. Sarkozy trop revanchard, Juppé trop dilettante, Lemaire trop tranparent, NKM trop parisienne...On a l'impression qu'après des choix négatifs, beaucoup d'électeurs se sont dit comme l'inspecteur Bourrel " Fillon ? Bon sang ! mais c'est bien sûr !"Sa candidature leur est apparue comme une évidence.

Libellés : , , , , , ,

22 novembre 2016

Fillon élu au 1er tour ...




A propos de primaires de la droite et du centre - auxquelles je n’ai pas participé - plusieurs constats :
1 – Selon les sondages de sortie des urnes, 15% des participants à la primaire seraient des électeurs de gauche, soit 600 000 électeurs, qui avaient comme principale préoccupation d’éliminer Sarkozy – ce qui a été fait – en votant essentiellement pour Juppé. Si ces électeurs «  intrus » avaient fait défaut, il est vraisemblable, qu’avec 3 400 000 votants en tout au lieu de 4 000 000 mais en gardant ses électeurs fidèles,  Fillon aurait dépassé les 50% de votants et aurait été élu au premier tour…
2 – Les sondages ne se sont pas totalement plantés dans la mesure où ils ont relevé le fort retour de Fillon dans la dernière phase de la campagne. Mais, au mieux, c’était simplement pour le mettre dans le trio de tête au même niveau que Juppé et Sarkozy, sans voir l’accélération qui se dessinait.
3 – Les grands médias avaient depuis des mois installé le duel Juppé Sarkozy au centre de l’actualité, avec Juppé futur président. Ce dernier a été en permanence félicité pour son attitude «  présidentielle » distanciée, notamment dans les débats télé entre les candidats. Ils l’ont plombé. Peu à l’écoute des électeurs concernés, ils n’ont rien perçu des réflexes anti-Sarkozy dans la droite, du fort désir d’alternance de ces mêmes électeurs, et d’un ancrage sociétal peu sensible à la petite musique «  moderniste » de ses éditorialistes.
4 – Fillon a beaucoup marqué par ses prestations télévisées particulièrement bien préparées. Il a notamment séduit son électorat dans le dernier débat en refusant à Pujadas de faire le buzz  pour l’audience par des polémiques avec les autres candidats. Le recadrage par Fillon mettant en avant le sérieux et l’importance du débat en cours, lui a certainement fait gagner des voix.Comme il l'avait fait dans une autre émission face à la jeune humoriste belge Charline Vanhoenacker.
5 – Au-delà des programmes des deux challengers qui vont être au centre de la campagne cette semaine, je pense que les électeurs de droite comme demain ceux de gauche, sont et seront à la recherche d’une personnalité identifiable d’emblée comme un « vrai président » solide, équilibré, réformateur, sachant décidé, ayant confiance dans le pays et inspirant confiance. C’est bien à ce niveau que le quinquennat Sarkozy et celui de Hollande n’ont pas convaincu et ont déçu. Tant il est vrai comme le dit le proverbe africain «  Plus le singe monte haut, plus il montre son cul ». La compétition reste ouverte !

Libellés : , , , , ,

19 novembre 2016

Maurice SZAFRAN La presse n’invente rien, elle a un rôle amplificateur



Conférence débat OMUP le 4 novembre 2016 - Le journaliste est-il par définition engagé ? 





Pour Maurice Szafran l’engagement est d’abord la ligne éditoriale qui peut être une ligne de neutralité. Tous les médias sont donc engagés. C’est particulièrement vrai en France où le modèle est très politique pour des raisons historiques. En résulte-t-il ou non, une influence sur le traitement de l’information ? La réponse est à nuancer, si l’on distingue l’information proprement dite, du commentaire. Le titre retenu, l’annonce, sont souvent significatif de l’orientation donnée par le média. Pour une bonne information, il faut du temps des moyens et de l’argent. Les réseaux sociaux ignorent le temps, les médias réduisent ou manquent d’argent et de moyens humains.
Les médias ont-ils un rôle déterminant dans la formation de l’opinion, comme l’idée est répandue dans une vision complotiste des grands supports radio-télé ?
Maurice Szafran n’adhère pas à cette vision  complotiste : globalement « la presse n’invente rien , elle a un rôle amplificateur » qui peut être jugé excessif (lynchage médiatique). Il ne conteste pas les phases de « bashing » menées notamment dans les affaires judiciaires. Mais relativise leur portée en rappelant la diffusion en kiosque des journaux ou magazines nationaux: Le Point 60 000 exemplaires, Libération 15 000 exemplaires…Il souligne également que le panurgisme, le fait de dire la même chose, est un défaut récurrent de la presse qui n’est pas sans lien avec la concentration des médias aux mains de quelques responsables de grands groupes : Patrick Drahi, Xavier Niel, Bernard Arnault, François Pinault…
« La pensée unique » est la conséquence de cette concentration et du panurgisme des grands médias «  même si Le Point reste surprenant ». L’impact sur l’opinion n’est ni automatique, ni unilatéral. Un exemple évident : le rejet par référendum du traité européen en 2005 à une nette majorité alors que les éditorialistes et grands médias audio visuels quasi unanimes, appelaient à la  ratification. Une illustration supplémentaire est venue de Grande-Bretagne avec le Brexit que la presse ne voulait pas voir (on peut ajouter l’élection du président américain intervenue depuis, et que 95 % de la presse n’avait pas pronostiquée). La place prise par les réseaux sociaux est évidente, pour contrecarrer la pensée unique.
Maurice Szafran constate que la pensée unique évolue de la gauche vers la droite. C’est la droite qui est dominante aujourd’hui. Dans le constat des effets du panurgisme et de l’imitation, il relève les exceptions françaises : Le Canard Enchaîné, centenaire immuable, différent,  et riche ( 120 millions de réserves), Médiapart exemple de pure player qui a trouvé  public et financement, et aussi des journaux ou hebdos qui ont trouvé un chemin et une cohérence ( La Croix, Télérama). Il note également la qualité de la presse hebdomadaire française, jugé «  La meilleure du monde ».

Libellés : , , , ,

18 novembre 2016

Bonnes nouvelles du jour

16 novembre 2016

Fiscalité française - revue de presse

Paru le 15 novembre dans le courrier de La Croix ( papier et site)


Libellés : , ,

14 novembre 2016

Automne à Maulévrier

Parc oriental de Maulévrier près de Cholet, un dimanche d'automne : formidable mise en scène de la nature










Couleurs flamboyantes

Harmonie et sérénité

Hommage aux jardiniers



Libellés : ,

9 novembre 2016

Les médias tombent de l'armoire...

Nouveau coup de tonnerre dans le monde médiatique : aussi bien aux Etats-Unis qu'en France, aucun des grands journaux, des grands médias, n'avait anticipé la victoire, somme toute assez large de Donald Trump. Hier soir encore, sur toutes les antennes, malgré le faible écart donné par les sondages ( 3-4 points) aucun commentateur ne donnait le candidat républicain, vainqueur. J'ai ainsi entendu que c'était du 95 % pour Hillary Clinton et du 5% pour Donald Trump...
Dans cette élection, les journalistes et commentateurs avaient depuis longtemps fait leur choix. En l'occurrence un choix moral : Trump était vraiment infréquentable, à l'opposé de toutes les valeurs du politiquement correct. Il était facile de trouver chez lui la petite phrase qui faisait mouche. Comme disait Fouquier-Tinville  accusateur du tribunal révolutionnaire sous la Terreur " Donnez-moi une petite phrase de n'importe qui, et je l'envoie à la guillotine !". Les médias se sont donc intéressés en priorité, aux petites phrases choquantes de Trump - et elles ont été nombreuses - sans vraiment analyser les raisons de la progression constante de cet OVNI politique qui aurait du être davantage au centre de leurs travail journalistique. Les lunettes moralisatrices ont déformé la réalité qui émergeait. L'engagement, "l'esprit de conviction" l'a constamment emporté sur "l'esprit de responsabilité " qui devrait inciter les journalistes à sortir des à priori moraux pour voir la réalité telle qu'elle est, et à quitter aussi le panurgisme, autre travers constant, qui fait dire aux journalistes la même chose que leurs confrères.
Ce constat vient bien en écho de notre débat de vendredi dernier à l'Observatoire des médias avec Maurice Szafran sur le thème Le journaliste est-il par définition engagé ? J'y reviendrai, mais il avait souligné comment pensée unique et panurgisme avaient déjà conduit à de grandes fractures, entre la presse et l'opinion, en 2005 en France avec le rejet par référendum du traité européen et, il y a moins de 6 mois, le Brexit en Grande Bretagne, que personne dans le monde médiato-politique ne voulait voir venir.

OMUP 4/11/16 - Maurice SZAFRAN interrogé par Gérard Salouze et Jean-Claude Charrier

Libellés : , , , , ,

7 novembre 2016

Les gros salaires de France Télévision

Un récent rapport de la Cour des comptes s'intéresse aux plus gros salaires de France Télévision et au sur-encadrement de la télévision publique ( Rapport 2010-2015 cf. OJIM).
 


Dans ce rapport, les magistrats invitent ainsi la direction à se pencher sur « le contenu effectif des postes occupés par les salariés les mieux rémunérés de l’entreprise ». En effet, 547 salariés du groupe public perçoivent un salaire supérieur à 8 000 euros bruts par mois, dont 191 bénéficient d’une rémunération supérieure à 120 000 euros annuels bruts. Aussi, le coût total des rémunérations supérieures à 96 000 euros annuels bruts s’élève à 69,6 millions d’euros, peut-on lire. Sur le modèle de ce qu’a fait la BBC, la Cour des comptes recommande donc à France Télévisions de réaliser un audit similaire afin d’évacuer ces doutes et de répondre à ces interrogations.
Plus loin, les magistrats s’en prennent à la gestion effectuée par la direction des ressources humaines pendant ces six dernières années. Une gestion « focalisée sur la conclusion de l’accord collectif » en 2013 mais qui aurait, en parallèle, laissé passer des « pratiques contestables », comme le sur-encadrement. Au sein du groupe public, le nombre de journalistes affectés à des fonctions de coordination et d’encadrement est de 26 % en 2015 par rapport aux journalistes de terrain. Le tout sur un effectif qui comptait, en 2014, 10 131 salariés.
Une « disproportion est encore plus marquée au sein de la direction de l’information où ils atteignent 40 %, dont 149 rédacteurs en chef ou rédacteurs en chef adjoint », souligne le rapport. Il y a ainsi trois fois plus de cadres chez France Télévisions, détenu à 100 % par l’État français, que dans les autres entreprises de l’hexagone…

Libellés : , , ,

29 octobre 2016

Hommage à Jacques Sigot

Nous sommes heureux de l'hommage rendu ce jour à notre fidèle et infatigable Transbordé* angevin Jacques Sigot, qui a grandement oeuvré pour la reconnaissance du camp d'internement de Montreuil-Bellay en Maine et Loire où se rend ce matin le président de la République (cf.Ouest-France).
Bel hommage également ce matin sur RTL de Dominique Raimbourg député de L.A. qui suit particulièrement la question des nomades en France.
Sincères félicitations, Jacques.
( *Jacques  a notamment publié en 2012 une très belle plaquette Les ponts à transbordeur Nantes 1903-1958..2015 ? Editions de la Houdinière)

Libellés : , , ,

18 octobre 2016

NDDL et les journalistes

ZAD de Notre Dame des Landes  (NDDL) et les journalistes : le ton est donné, même si la position est discutée.
https://nantes.indymedia.org/articles/35927

Libellés : , ,

15 octobre 2016

Alexandre "le guérilleros vertavien"

Presse Océan de lundi dernier présente dans les défenseurs de la zad de NDDL, Alexandre Morisseau, militant écologiste vertavien bien connu. Octogénaire, catholique pratiquant, il n'a rien perdu de sa détermination et de sa radicalité : il tenait le dernier week end un stand préconisant le lancer de peinture - avec mode d'emploi - pour dissuader les forces de l'ordre d'évacuer les zadistes.

Alexandre était sur la liste d'union de la gauche que je conduisais à Vertou en 1983 (où figurait également Michel Gouty...). Il était socialiste et a été élu minoritaire avant de rejoindre le mouvement écologiste. Il présidait l'association pour "la libération des rives de la Sèvre" qui s'est illustrée, à l'époque, par l'ouverture à coups d'engins et de passerelles et de déplacements de clôtures, de la servitude de marchepied sur la rive gauche de la rivière à Vertou. Ce coup de force avait eu un retentissement national. A côté, la "libération des rives de l'Erdre" relève d' entretiens bien policés. Tout cela avait conduit "les meneurs" devant le tribunal correctionnel  où avec Jacques Floch et d'autres, nous étions intervenu comme témoins de moralité. Il y avait eu, si j'ai bonne mémoire, une peine de principe sans conséquences. Sans conséquences aussi sur le terrain, car la servitude créée manu militari n'a pas durée. les choses sont en l'état.
L'engagement d'Alexandre peut apparaître parfois sans limite. En 2003 face à l'invasion de l'Irak par G. Bush et les bombardements sur Bagdad, il est parti dans la capitale irakienne comme bouclier humain à l'appel d'une association pro-irakienne. L'affaire, qui ne s'est pas très bien passée, était suivie de près par Canal + et le journaliste Karl Zéro qui avait trouvé là un bon sujet. Je crois néanmoins,  face aux difficultés rencontrées, qu'il n'ont pas laissé tomber Alexandre.
J'imagine que dans la période "drôle de guerre" que connaît actuellement la ZAD, Alexandre qui reste mon ami malgré toutes nos divergences, doit être mobilisé en permanence. Prends garde à toi Alexandre !

Libellés : , , , , , ,

11 octobre 2016

"Ceci, c'est la France "

"Ceci c'est la France " dit le poète Louis Aragon en conclusion d'un très bel hommage - reproduit en partie ci-dessous -  au sculpteur David d'Angers et au général vendéen Bonchamps. En 1793, ce dernier agonisant à Saint Florent-le-Viel près de la Loire, avait crié à ses troupes " Grâce aux prisonniers !" avant de mourir à 34 ans. Parmi ces 5 000 prisonniers graciés se trouvait le père du sculpteur.
L'oeuvre située dans l'abbaye de St Florent qui surplombe la Loire est imposante, d'un superbe classicisme, et traduit très bien le lien de reconnaissance entre David d'Angers et son sujet " La grandeur de l'art et du sentiment mêlés"...


Extrait du discours lyrique et rassembleur de Louis Aragon prononcé en 1957 à Angers. Les trois dernières strophes. "Essayer de sentir, ici,..."


***

St Florent le Viel est un superbe site qui est aussi connu pour être la ville de Julien Gracq, cher aux Nantais, grand écrivain et poète du XXe siècle. C'est devenu un lieu littéraire et artistique.


Libellés : , , , , ,

4 octobre 2016

Les médias à la loupe

C'est le titre de Presse Océan ce matin, dans un papier court, mais où figure l'essentiel du programme 2016/2017 de l'Observatoire des médias de l'université permanente (OMUP), que j'anime avec une équipe d' auditeurs et anciens auditeurs de l'Atelier des médias. Depuis 2006, ce sont plus de 100 conférences débats qui ont été organisées au CCO avec des étudiants de l'UP qui sont fidèles à l'Observatoire ( plus de 200 abonnés chaque année).


Libellés : , , , ,

2 octobre 2016

Vie et mort des bêtes

Haïkus choses vues

Il passe entre les roues

Evite une autre voiture

Chanceux, l'écureuil

 

Le pigeon blessé

Se cache la tête pour mourir 

En silence



Libellés : , , ,

25 septembre 2016

Ouest-France, Presse-Océan, chiffres flottants

La manif de ce samedi pour le rattachement de la Loire Atlantique à la région Bretagne, donne lieu à des comptes rendus fluctuants dans nos journaux locaux.
Pour Presse Océan il y avait "entre 1000 (selon la police) et 4000 manifestants". Ouest France titre " Environ 3000 personnes ( 10 000 selon les organisateurs)". Où est la vérité ? Je note que Ouest-France prend ses responsabilités mais sans parler des chiffres de la police.
Autre divergence : PO met en 1ère page le départ de l'UDB qui a quitté la manifestation et parle de Breizhit" en raison de la présence de militants extrémistes proférant "des cris et des saluts nazis". Pour Ouest France, la page consacré à la manif, relève que l'UDB a dénoncé dans un communiqué, la présence de l'extrême droite et demandé aux organisateurs de veiller à se démarquer clairement de ces perturbateurs. Mais il n'est nulle part indiqué que l'UDB a quitté la manif pour cette raison.

Tout ça n'est pas catastrophique. Simplement de l'à peu près où le réel est difficile à cerner pour le lecteur.

Libellés : , , ,

19 septembre 2016

Promenade nantaise

Soutenir le commerce de centre ville...


Libellés : , , ,